Décembre 23, 2016

L'UNIVERS DU CAFE DE MARC

Vidéo de canal 32, diffusion le 23 décembre 2016

LE CAFÉ DE MARC PERPÉTUE LA TORRÉFACTION TROYENNE

Marc Urban a démarré son atelier de torréfaction à Troyes il y a 5 mois. Ancien salarié de PetitJean, après son licenciement, il choisit de se lancer dans cette activité insolite, suite à un coup de foudre pour un atelier équivalent en Alsace. Aujourd’hui, il vend principalement ses cafés sur les marchés.

Je m'appelle Marc Urban , j'ai 41 ans, marié,  3 enfants, 2 filles et un garçon.

Je suis Troyen depuis toujours. Dès la classe de quatrième,  j'ai été orienté vers le secteur professionnel  car les résultats allaient dangereusement vers le bas. Le travail manuel convenant beaucoup mieux à mon caractère et à mes notes.

J'ai poursuivi les études, passant de la "technique de l'habitat" au Lycée Les Lombards, au LP les Vassaules, où j'ai étudié la carrosserie, mécanique et peinture automobile, avec les BEP et CAP qui vont avec ... J'ai travaillé 3 ans en garage automobile, à 30 Kilomètres de Troyes, où j'ai eu l'occasion d’appliquer tout ce que j'ai appris lors des études.

Diverses raisons m'ont fait rechercher un nouveau travail sur l'agglomération de Troyes, un travail en ateliers, en usine métallurgique. Le travail y était dur, mais je l'ai fait de bon cœur, car l’ambiance entre collègues était bonne et j'ai découvert beaucoup de trucs et astuces pour pouvoir me débrouiller malgré l'absence du matériel adéquat ! Au bout de 12 ans, après beaucoup de demandes d'évolution en interne qui ne débouchaient sur '' RIEN'',  j'ai décidé de changer de cap.

La recherche de "l'Idée" est passée par plusieurs étapes, avec l'aide de quelques amis, rencontres, voyages, discussions, hasard parfois. La vrai décision d'être à mon compte s'est prise le Jeudi 5 Avril 2012, suite à un dernier entretien dont le responsable ne me permettait pas d'évolution dans le travail.

Deux jours après, le 7 avril 2012, en déplacement en Alsace pour Pâques, j'ai fait la rencontre avec la torréfaction locale, où j'ai découvert le choix, la qualité, le service, l’accueil et les conseils aussi ! J'ai eu la chance d'être accueilli par la petite équipe locale, à plusieurs reprises, pour parler, échanger, découvrir la torréfaction, et ils m'ont même laissé faire quelques '' broches '' avec eux. ( Une broche est le fait de cuire le café, avec toutes les étapes, du sac de jute, jusqu' à la mise en silos, prêt à la vente.)

Pour la recherche de mon concept, je suis passé du '' vélo tri porteur '', envisageable, mais pas sur notre secteur (trop froid et trop humide !) à la camionnette ou bus, pour les marchés, la vente ambulante. Mais là encore il y avait trop de contraintes: parking pour le dit véhicule, hygiène, local pour le stock et le torréfacteur, doubles frais …

Enfin, le local conventionnel, dur à trouver, car il y a la taille, la situation géographique, le prix, la concurrence, beaucoup de paramètres à prendre en compte. Au mois de juin 2016 je me suis enfin inscrit à la Chambre des métiers de l'aube, après avoir trouvé un petit atelier pour entreposer le stock de cafés, le torréfacteur et tous les petits accessoires achetés d'occasion auprès de l'entreprise Dion qui était installée avenue Général de Gaulle.

Depuis maintenant plus d'un an, je réalise mes ventes en étant présent sur les principaux marchés du département. La vente auprès des professionnels de la restauration et des traiteurs est réalisée après un passage de ma part pour présenter mon activité, entreprise, gamme et tarifs.

Il est temps maintenant de passer à la vente en ligne.